KuIR, l’infrarouge au service de la cuisine

Loïc a intégré l’incubateur USE’IN il y a un peu plus d’un an avec son projet « KuIR ». En pleine phase de prototypage de son produit, il nous raconte son aventure.

Site internet : KuIR

Raconte-nous ton parcours ?
Je suis un jeune diplômé de l’ENISE. En 2017 je remporte le concours « Start in challenge » organisé par l’incubateur USE’IN piloté par l’école d’ingénieurs de Télécom Saint-Etienne. À la suite du concours, je décide de réaliser mon projet de fin d’études sur ce concept ce qui m’a permis d’affiner mon projet entrepreneurial. Depuis je travaille sur le développement de mon produit au sein de l’incubateur.

Peux-tu présenter ton produit ?
KuIR est un nouvel appareil de cuisson basse température utilisant l’infrarouge (en dessous de 100°C). C’est un produit innovant, compact et design pouvant cuire des légumes, du poisson ou encore de la viande. Cette cuisson vous permet de conserver au maximum les bienfaits nutritionnels, les goûts, les saveurs, et les textures des aliments.

Comment est née cette idée ?
J’étais en stage à Annecy, je vivais dans une résidence étudiante où nous avions une cuisine commune et peu de place dans nos chambres. Passionné de cuisine, je venais de lire un article sur les bienfaits de la cuisson basse température pour préserver les saveurs, les nutriments et la texture des aliments. Curieux d’en faire l’expérience, j’ai tenté de trouver un appareil abordable et facile à ranger. En cherchant, j’ai observé que ce type d’appareil n’existe pas sur le marché, j’ai donc décidé de le créer moi-même !

Ou en es-tu aujourd’hui, 1 an après le début du projet ?
Un projet comme celui-ci amène toujours de nombreux challenges et problématiques, aujourd’hui, le POC (proof of concept) est réalisé et le prototype est en cours de finalisation. L’ensemble des composants (carte électronique, poignée, couvercle…) est en cours de réalisation et le prototype devrait bientôt voir le jour.

Quelles sont les difficultés liées à la création d’un nouveau produit ?
La création d’un nouveau produit est un long processus. Il faut être motivé et persévérer pour mener ce type de projet à bien. On part d’une nouvelle idée, d’une page blanche, il faut pousser le concept jusqu’à un produit commercialisable. Il faut prendre en compte toutes les étapes de fabrication et arbitrer des choix techniques et industriels parfois difficiles à faire.

Est-ce que cette période de confinement impacte l’avancée de ton projet ?
Je suis forcément impacté comme toutes personnes en France et en Europe. Mes déplacements sont reportés et les événements sont annulés. Je devais présenter le produit à la Foire de Lyon qui a été reporté à une date encore inconnue. Son report impact également le planning de développement de mon produit.

Quand penses-tu présenter ce premier prototype ?
L’objectif est fixé pour le début de l’été 2020 mais les circonstances m’empêchent d’avoir une visibilité sur les prochains mois, il est donc difficile de me prononcer.

Quelle est la prochaine étape/phase de développement ?
Aujourd’hui je souhaite développer un produit au plus proche du rendu final en intégrant le design et l’expérience utilisateur. Un gros chantier est également prévu sur la partie communication pour travailler sur l’image de marque.

Qu’est-ce que l’incubateur USE’IN t’a apporté ?
USE’IN est spécialisé dans l’accompagnement de start-up, je bénéficie de nombreux conseils au quotidien et d’un réseau important me permettant d’avancer plus vite et plus loin.

Quelles sont tes impressions avec un an de recul ?
En 2017 je présentais mon powerpoint lors du concours « Start in challenge », aujourd’hui je vais exposer mon projet à la foire de Lyon, les avancés sont donc importantes, ça me motive pour aller toujours plus loin. Grâce au projet et à l’incubateur, ce sont aussi mes compétences professionnelles qui évoluent au niveau de la gestion de projet, de la communication et de l’ingénierie.