Une Start-up à la maison

Les startups se caractérisent par leur réactivité et leur adaptabilité. Cette période si particulière est une nouvelle occasion de le prouver. Les startups de l’incubateur USE’IN se démènent pour maintenir un rythme de travail et une activité intense.
Découvrez l’interview d’Anthony Cicéron, fondateur de « la cabine française » accompagné depuis 2 ans par USE’IN, il nous explique comment il réorganise son travail et ses tâches quotidiennes.

Site internet : lacabinefrancaise
Instagram : lacabinefrancaise

Bonjour Anthony,

Peux-tu nous rappeler l’activité de ta start-up ?
La cabine française est une application qui permet de proposer aux utilisatrices des tenues en fonction de leurs goûts et de leur profil. Mélange entre un site internet et instagram, les utilisatrices publient les photos de leurs tenues avec le détail de ce qu’elles portent et un lien du magasin ou les articles ont été achetés.

Comment s’est passée cette première semaine de confinement ?
J’ai la chance de pouvoir continuer une partie de mon activité avec le télétravail mais il est compliqué de travailler dans ce climat. La plupart des personnes de ma communauté ont la tête aux actualités liées au Coronavirus, cela impact fortement l’engagement sur les réseaux sociaux. J’en profite donc pour avancer la partie technique et le codage des nouveautés de l’application.

Comment organises-tu une journée type ?
Le matin je traite les priorités, mails et messages puis je consacre un temps à l’analyse des chiffres de l’application et des réseaux sociaux.
L’après-midi je travaille sur les actions à venir : organisation de concours, publications, améliorations techniques.
Puis, en fin d’après-midi, début de soirée, je gère les réseaux sociaux et la prospection.

Quel est le/les plus gros changement par rapport à une journée à l’incubateur « USE’IN » ?
Le plus gros changement est lié à la motivation, lorsque toute la France est confinée chez elle et que de nombreuses personnes ne travaillent plus, cela casse la dynamique.
À USE’IN, je compte également sur la bonne humeur de mes amis incubés pour profiter d’une partie de babyfoot ou tout simplement pour discuter, ce qui n’est possible aujourd’hui qu’en visioconférence.

Ton rythme de travail est-il aussi intense ?
Non, même si je fais mon maximum pour continuer d’avancer, le climat est particulier et cela n’encourage pas les échanges et impact l’efficience du travail.
Mais il faut relativiser, certains collègues travaillent dans l’événementiel et ont perdu la totalité de leur activité.

Ton activité étant principalement digitale, dois-tu opérer des changements dans ta façon de travailler ?
Oui, j’ai adapté ma stratégie sur les réseaux sociaux sur lesquels je consacre moins de temps. Avec cette situation, je travaille sur toutes les autres actions qui ne demandent pas d’échange en face à face.

Proposes-tu de nouvelles choses à ta communauté ? 
Oui, j’organise des évènements à un rythme plus soutenu. À ce sujet, un nouveau concours « les reines de la cabine » à commencé ce mercredi 25 mars.

Qu’est ce qui te manque le plus en cette période ?
Les amis et les relations sociales sont très importants pour mon équilibre quotidien, être privé de ça, c’est le plus difficile.

Un objet indispensable au quotidien ?
Mon pc et internet. Sans eux, c’est vraiment la fin !

Un film à voir ou revoir ?
« Inception » et « Interstallar » que j’ai dû voir 5 fois chacun mais je ne m’en lasse pas.

Quelle sera la première chose que tu feras à la fin du confinement ?
Je vais aller marcher et faire du sport. Je vis dans un petit appartement, j’ai l’impression d’avoir perdu l’usage de mes jambes !


Interview de la nouvelle start-up qui à intégré l’incubateur : Woolchip

Arrivée le 1er février 2020, l’équipe Woolchip nous raconte son projet et ses premières impressions.

Retrouvez-les dès maintenant sur :

Facebook : Où Sortir ? Saint-Étienne et Où Sortir ? – Lyon
Instragram : Où Sortir ? | Saint-Étienne et Où Sortir ? | Lyon

Pouvez-vous nous présenter l’équipe ?
Nous sommes 4 jeunes issus de la région, de formations différentes mais complémentaires pour le projet et avec une volonté commune d’entreprendre.

Quels est le concept de Woolchip ?
L’idée est de créer une application qui permettra de géolocaliser les différents événements ainsi que les personnes qui y participent sur une carte interactive : quel film y-a-t-il au cinéma ? Quelles soirées sont prévues ce soir ? Quels événements ?…

L’application est-elle déjà disponible ?
Dans un premier temps l’objectif est de créer une communauté sur les réseaux sociaux à travers les comptes « Où Sortir » qui couvrent les villes de Saint-Etienne et Lyon.
Parallèlement nous travaillons sur le montage de l’application que nous souhaitons sortir en fin d’année. La communauté que nous créons représente le socle de notre public pour la future application.

Comment est née l’idée ?
À la suite des études, beaucoup déménagent et changent de ville, lorsqu’on arrive, on ne connaît pas les lieux, les activités, les événements organisés et les personnes qui y sont. C’est ce constat qui nous a donné l’idée du concept.

Quel est le plus de « OùSortir »?
Nous sommes les seuls à proposer des informations au jour le jour, nous mettons chaque matin ce qui se passe dans votre ville le soir même : soirées, spectacles, films à l’affiche, sports, événements et sorties culturelles.

Pourquoi avoir choisi un accompagnement par l’incubateur Use’IN ?
Cela nous permet d’abord de disposer de locaux, avant d’intégrer l’incubateur, nous étions chacun chez soi, cela rendait compliqué le travail quotidien. Ensuite c’est le bénéfice de l’accompagnement qui nous a motivé mais également la mise en réseau et le partage au quotidien avec d’autres startups.

Quelle sont vos premières impressions ?
Nous sommes heureux d’avoir intégré l’incubateur, cela répond à nos attentes, après seulement quelques semaines, nous nous sentons déjà bien intégrés et sommes ravis de partager les locaux avec les autres startups toutes aussi intéressantes les unes que les autres.